Zoom sur les terrasses en bois

Avec l’approche du printemps, qui ne rêve pas d’un espace extérieur agréable où profitez des premiers rayons du soleil et de la belle saison à venir ?

Avec la pierre, le béton et le carrelage, le bois fait parti des principaux revêtements pour une terrasse. Très tendance, le bois séduit par son côté chaleureux et son utilisation facile adaptée à tous types de terrasses (pour la maison, la piscine, le balcon ou le toit).

Si le format caillebotis (dalles carrées) est possible, ce sont les lames de terrasse, disponible dans un grand choix d’essences, qui sont aujourd’hui le plus largement répandue.

 

Quel bois pour ma terrasse?

Le critère essentiel à prendre en compte est la résistance du bois. Les essences de bois de terrasse sont classées sur une échelle de 1 à 5 en fonction de leur résistance. La classe 3 englobe les bois durables, la classe 4, les bois imputrescibles. Une terrasse extérieure fortement exposée aux intempéries demandera au minimum un bois de classe 4

On distingue deux grandes familles de bois :

> le bois européen  : traité (autoclave, THT, oléothermie) comme le Pin et non traité comme le Robinier (faux acacia), le mélèze ou le Douglas.

> le bois exotique : imputrescible et très résistant comme le teck.

Si les bois exotiques, de part leurs propriétés, sont parfaitement adaptés pour la construction de terrasses extérieures, leurs coûts et leurs impacts sur l’environnement sont nettement supérieurs à ceux d’un bois européen. Le Robinier représente aujourd’hui une véritable alternative écologique et économique aux bois exotiques avec des qualités comparables.

On trouve également du bois composite (50% de bois recyclé, 50% polyéthylène) dont le rendu est beaucoup moins naturel.

 

Les avantages de la terrasse bois

> Facile à poser  : sur une surface plane, réalisez une structure bois constituée de deux couches de lambourdes, la deuxième étant perpendiculaire à la première. Veillez à respecter un espace de 50 cm entre les lambourdes.

Le bois étant un matériau vivant, il est conseillé de prévoir un écartement entre les lames ainsi qu’un jeu périphérique. Une légère pente (2%) permettra l’évacuation des eaux de pluie et facilitera le nettoyage. Utilisez une visserie inox adaptée à ce type d’ouvrage. (DTU 51.4).

> Économique : les terrasses en bois présentent un très bon rapport qualité/prix. C’est une solution petit budget avec un très bon rendement pour qui souhaite s’offrir une terrasse sans se ruiner.

Le prix de votre terrasse en bois sera plus ou moins élevé selon la structure support, l’essence de bois, les fixations (vis apparentes ou clips) et la forme choisies.

 

La terrasse bois, auto-nettoyante ?

> les protections pour bois extérieur  : pour ralentir le grisonnement du bois, vous avez la possibilité d’appliquer une huile protectrice. Cette application n’est pas obligatoire.

> le nettoyage  : une terrasse en bois demande peu d’entretien. Les espaces entre les lames permettent à l’eau et aux saletés de s’évacuer naturellement. Frottez la terrasse dans le sens des lames à l’aide d’un balai-brosse et d’eau, deux fois par an.

Ne pas utiliser de produits détergents/agressifs.

 

Avant de vous lancer….

> Renseignez-vous sur la réglementation auprès de votre commune : permis de construire ou non ?

> Déterminez l’ensoleillement et l’exposition au vent de votre future terrasse

> Étudiez la nature de votre sol : dur, naturel, stable ou non, plat etc.

Découvrir les terrasses en bois et aussi : 

Les parquets massifs à clouer : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Les parquets massifs en bois séduisent depuis toujours par leur robustesse et leur longévité. Atout charme d’une pièce, le parquet bois apporte une touche nature et chaleureuse très appréciée.

La pose « clouée » d’un parquet représente la première technique de pose traditionnellement utilisée. Concurrencée aujourd’hui par les parquets à coller ou les parquets flottants dont la pose est réputée plus simple, les parquets cloués n’en demeurent pas moins inaccessibles si quelques règles de base sont respectées.

Choisir le bois adapté à la pièce à parqueter

Les essences de bois sont classées en fonction de leur dureté :

classe A Bois tendres : épicéa, pin sylvestre, sapin, aulne…

classe B Bois mi-durs : pin maritime, châtaignier, mélèze, teck, noyer, bouleau…

classe C Bois durs : chêne, robinier, hêtre, amarante, eucalyptus…

classe D Bois très durs : acacia, ébène, wengé, olivier…

Ainsi, plus un bois est dur, plus son utilisation sera adaptée à des pièces fortement sollicitées (entrées de maison, magasins etc.). Un bois mi-dur conviendra parfaitement aux espaces de vie intérieures de la maison. Attention, aux pièces humides pour lesquelles seules quelques essences de bois sont recommandées : chêne, douglas, mélèze, bambou.

 

Réussir la pose de son parquet massif

Les parquets à clouer sont généralement d’une épaisseur de 21 mm et plus et sont adaptés aux supports type dalles en béton et chapes en ciment.

> être bien équipé en outillage : marteau, mètre, crayon de papier, cales en bois, chasse-clous, cutter, fausse équerre, clous à tête homme (50 mm environ), ciseau à bois, scie à onglet ou scie sauteuse.

> vérifier que le support est plan, auquel cas il faudra ajouter des cales sous les lambourdes

> que les lames à parquet soient orientées perpendiculairement à la paroi de la pièce ayant le plus grand éclairement naturel

> que les lames soient posées perpendiculairement aux lambourdes et solives

> prévoir des espaces (en cas de dilatation du bois) de 5 à 8 mm des obstacles fixes, huisseries comprises pour les locaux normaux, et de 0,15% minimum de chacune des plus grandes dimensions à couvrir par le parquet

> fixer à l’aide de clous les lames au support, de préférence sur la languette de la lame et en biais (environ 45°)

> respecter après la pose, une stabilisation finale du parquet massif de 8 jours.

 

Stocker son parquet massif

> le parquet doit être stocké 48h dans son emballage d’origine intact, dans la pièce où il doit être installé.

Découvrir les parquets massifs bois à clouer