La ouate de cellulose : une isolation fiable et performante

> La ouate de cellulose, qu’est-ce que c’est ?

Aussi appelée isolant cellulosique, la ouate de cellulose est un isolant écologique fabriqué principalement à base de journaux recyclés. Il permet une bonne isolation thermique des combles et sous-pentes, ainsi que des murs. Il offre également une bonne isolation phonique dans les cloisons.

Constituée d’environ 85% de journaux recyclés, la ouate de cellulose est un matériau de construction écologique et bio-sourcé. Les 15% restants sont des additifs ignifugeants, fongicides et biocides qui permettent d’apporter fiabilité et sécurité au produit.

Doux au touché, la ouate de cellulose ne provoque pas de démangeaisons lors de sa manipulation comme pourrait le faire de la laine de verre ou de roche par exemple.

Offrant un très bon déphasage thermique, elle permet une protection efficace contre le froid en hiver et inversement, lutte contre la chaleur en été.

> Utilisation

La ouate de cellulose existe soit en panneaux semi-rigides, soit en vrac.

En panneaux, elle est particulièrement adaptée à l’isolation des murs et des cloisons. Elle peut également être utilisée pour l’isolation des toitures.

En vrac, elle sert à l’isolation des combles perdues. Elle peut être posée dans les coins les plus inaccessibles et permet ainsi de recouvrir l’ensemble de la surface.
La pose se fait à l’aide d’une cardeuse par soufflage de la ouate de cellulose. Une épaisseur d’environ 350 mm est conseillée pour une bonne isolation.
Elle peut aussi être utilisée en vrac pour l’isolation des murs par insufflation.

Un tassement de 20% est généralement observé lors de la pose.

> Impact environnemental

De par sa composition, il participe activement au recyclage et son procédé de fabrication ne nécessite que peu d’énergie. Par conséquent, il ne contribue pas ou très peu à la pollution environnementale par rapport aux isolants minéraux, à qualité isolante égale.
La quantité d’énergie nécessaire à son cycle de vie, aussi appelée énergie grise, est de seulement 6 kWh/m3. A titre de comparaison, le polystyrène est d’environ 850 kWh/m3.

> Sécurité

Des questions reviennent souvent quant à sa résistance au feu, aux moisissures, aux insectes ou aux animaux.
La cellulose est naturellement combustible et sensible à certains champignons lorsqu’elle est humide. Les insectes et rongeurs pourraient eux aussi trouver cet écomatériau très confortable et propice à y établir un nid.
C’est pour ces raisons que le fabriquant traite ce produit avec des adjuvants lui conférant des propriétés ignifugeantes, biocides et fongicides, grâce notamment aux sels de bores.

> Toxicité du sel de bore

L’utilisation de sel de bore pour ses qualités ignifugeantes et fongicides, est parfois remise en cause de par la nature toxique du produit. A forte dose, la toxicité du sel de bore est avérée.
Toutefois, la CCFAT (Commission Chargée de Formuler les Avis Techniques) a décidé de renouveler la validité des Avis Techniques pour la ouate de cellulose avec sels de bore au moins jusqu’au 30 juin 2015. De plus, les produits contenant plus de 5.5% de sel de bore doivent obligatoirement faire mention des risques potentiels de toxicité.

En attendant la mise au point de produits plus écologiques pouvant remplacer les sels de bores, ceux-ci restent donc autorisés en France.

 

Une réflexion au sujet de « La ouate de cellulose : une isolation fiable et performante »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.